News

respect permanenence des comemrcants à oran

Les services de la Direction du commerce de la wilaya d’Oran, lancent un appel aux commerçants d’alimentation générale, les laiteries et les minoteries, afin de respecter le timing d’ouverture de leurs commerces et surtout le programme de permanence durant ce mois de Ramadhan, vu qu’un grand nombre de commerçants baissent rideaux et optent pour un congé durant ce mois de jeûne.

Le planning a été établi en effet, selon les activités socio-économiques, au niveau des quartiers de la wilaya d’Oran et selon la réglementation. Ladite direction a aussi mis en place, un dispositif constitué d’agents de contrôle qui seront à pied d’œuvre sur le terrain durant la période sus citée, pour effectuer des tournées d’inspection au niveau des commerces qui ont été retenus pour la permanence, pour s’assurer du bon déroulement du travail et des conditions d’hygiène et de conservation, exigées surtout dans les pâtisseries modernes et orientales. Dans le même cadre, l’Union générale des commerçants et artisans algériens, (UGCAA), de son côté, appelle les commerçants à respecter le planning de permanence. Les mêmes services soulignent, que tous les moyens seront déployés pour le bon déroulement de cette action et pour que les citoyens soient bien servis durant le mois de Ramadhan, sans qu’il y ait pénurie, surtout concernant la disponibilité des produits, ainsi qu’en matière de transport en tout genre.
Et ce, en effectuant des permanences dans les différents secteurs, jour et nuit. Ainsi, L’UGCAA, en coordination avec les fédérations qui activent dans le même domaine, veille à ce que les commerçants qui seront de permanence, accompliront leur travail, selon le planning mis en place par les services en question.

 

Par Bekhaouda Samira

 

 

Source

westribune

Il entrera en service le 5 juillet prochain: Dernières retouches avant la réception du quai d'accostage de Cap Falcon

Devant être réceptionné le 1er juin dernier, le quai d'accostage de Cap Falcon sera finalement opérationnel le 5 juillet prochain, apprend-on d'une source proche du dossier. Les travaux de réalisation sont estimés à un taux d'avancement de l'ordre de 80%. Notons que les 20% des travaux restants seront finalisés dans un délai de 20 jours. Le port d'Oran dispose déjà de l'infrastructure requise, en l'occurrence le quai «Beni Saf», qui a fait l'objet de travaux d'aménagement dans le cadre de ce projet. La réalisation d'une station maritime au niveau de Cap Falcon a été nécessaire pour la mise en service de cette liaison maritime. Il importe de noter que les travaux ont porté sur la réalisation d'un quai d'accostage, à hauteur de la plage «Les Dunes» , à mi-chemin du village Cap Falcon, dans la commune d'Aïn El Turck, qui sera, par ailleurs, doté d'une bâtisse incluant toutes les commodités : un abri, des sanitaires et une buvette notamment. Par ailleurs, deux bateaux de 300 places chacun assureront la navette entre le port d'Oran et la nouvelle station maritime de Cap Falcon. Le programme des départs n'a pas encore été fixé par le service commercial d'Algérie Ferries. L'exploitation de cette ligne maritime, inscrite dans le cadre de la promotion du secteur du tourisme, permettra de désengorger la circulation automobile sur ce réseau routier de la corniche oranaise.

Inédit dans cette contrée côtière, cet ouvrage a nécessité un apport de 47 milliards de centimes ainsi que d'une enveloppe de 8 millions de dinars pour son étude, qui a été confiée à la société étatique Méditram. Les travaux de réalisation de ce projet ont été confiés à une entreprise chinoise en collaboration avec la direction du transport, indique notre source. Notons que cette liaison maritime reliera le port d'Oran à partir du quai Béni Saf, qui a fait l'objet d'un aménagement pour ce besoin, et la plage Les Dunes, près de Cap Falcon, avec une cadence de 10 rotations par jour. Cette navette maritime sera assurée par des bateaux pouvant transporter jusqu'à 300 personnes. Notons également dans ce registre que le transport des voyageurs de cette liaison maritime sera assuré à travers la mise à disposition de bus, qui assureront la navette entre cet embarcadère et le centre de la commune d'Aïn El Turck. Cette louable initiative a été décidée, d'une part, dans le cadre de la promotion du secteur du tourisme dans la contrée côtière d'Aïn El Turck et d'une autre part pour tenter, un tant soit peu, de désengorger la circulation automobile sur son réseau routier, extrêmement saturé durant la saison estivale et ce, en raison du considérable rush de véhicules des millions de vacanciers, de différentes régions du pays. Dans ce même ordre d'idées, il y a lieu de signaler que le nombre d'estivants a nettement augmenté au cours de la dernière saison estivale pour dépasser les 20 millions, qui ont convergé l'été dernier vers les plages de cette côte. Ce volet a pesé, à priori, sur la décision de la réalisation d'un embarcadère dans cette contrée, qui, rappelons-le, était prévu, dans un premier temps, près de quatre années auparavant, au niveau de la petite crique de la localité La Madrague, à quelques encablures du village de Cap Falcon. L'étude de faisabilité, qui a été effectuée à cette époque par une société étatique, n'aurait finalement pas donné son aval pour la réalisation de cet ouvrage en ce lieu et ce, en raison des difficultés d'accès relevées sur le terrain accidenté ceinturant de part en part cette crique.

 

 

Par Rachid Boutlelis

 

Source

quotidien

programme des soirées ramdan a oran

Entre le programme dense et varié concocté par l’Office National de Culture et de l’Information (ONCI) et celui de la direction de la culture et les partys branchés organisées par les boîtes privées dans les hôtels de haut standing, les Oranais qui veulent s’offrir des veillées rythmées auront l’embarras du choix. Ainsi, l’ONCI a opté pour la salle de cinéma El Maghreb ex-Régent pour tenir ses activités. Son programme de la première semaine comprend des soirées artistiques de plusieurs genres et styles musicaux qui seront animées, entre autres par Rym Hakiki, Omar Benkhodja, Hadj Maati et Houria Baba. Idem pour la deuxième semaine qui verra la programmation de Baroudi Benkhada, la Troupe Seddaoua, Noura Gnaoua, Amel Sekak, Leïla Borsali et Abdelkader Adda. Le programme de la deuxième quinzaine sera marqué par des soirées prestigieuses notamment celles qui seront animées par la grande star et légendaire de la chanson kabyle Aït Menguelat, Cheb Anwar, Meriem Benallel et Behidja Rahel. Pour sa part, la Direction de la culture de la wilaya d’Oran a élaboré un programme assez varié destiné en particulier aux résidents des cités universitaires et établissements à caractère social, ce qui va permettre à ces derniers de rompre, ne serait-ce que pendant un mois, avec la routine et l’oisiveté. L’on saura à ce propos, que la troupe culturelle de l’association « El Jil» anime le mardi 30 mai une soirée artistique à la cité universitaire « El Badr ». Le jeudi prochain, le centre d’accueil de personnes en détresse « Diar Errahma » abritera une grande soirée animée par des chanteurs locaux sous la direction du chef d’orchestre Bey Bekkaï. Pour les amateurs de la poésie et la littérature, la direction de la culture leur donne rendez-vous le samedi 3 juin au centre scientifique de Haï Djamel. Les associations sont présentes en force dans le programme de la direction de la culture pour le mois sacré. En effet, les associations « Rezlane », « Zabana » « Art Com » animent des gaâdas ramadanesques respectivement à la résidence universitaire Zeddour- Ibrahim 2, l’établissement de rééducation et le centre de réinsertion juvénile, et le centre de rééducation de Gambetta, et ce, à compter de la 2e semaine du ramadan. Au programme aussi, une soirée andalouse animée par l’association de Cheikh Bensari au centre d’accueil de personnes âgées et une autre dédiée au public de la chanson oranaise qui se tiendra le 9 juin prochain au théâtre Abdelkader-Alloula. Pour ce qui est des soirées organisées par des boîtes privées spécialisées dans l’événementiel, l’on note le retour de la traditionnelle Khaima ramadanesque à l’hôtel le Meridien dont le programme est dédié, comme chaque année, à la chanson raï. L’hôtel four Point à son tour accueille pendant tout le mois, Layali Wahrane qui verront la participation des groupes et artistes de la variété moderne principalement du style occidental. Dans le volet 4e art, l’artiste humoriste Walid Seddik présentera son spectacle « Tabka Binatna » le 31 mai au cinéma Murdjajo et Samir Benalla, son « One-man-show » au théâtre régional d’Oran le 30 mai.

 

Par Amel Saher

 

Source

oran news 24

Resultats positifs pour l'elevage du ver a soie à oran

ORAN - L’expérience d’élevage du ver à soie, initiée pour la première fois à Oran par l’association de promotion de la femme rurale "main dans la main", a donné des résultats positifs, a-t-on appris de ses initiateurs.

Lancé au début de l’année en cours, cette expérience a suivi les étapes de production comme il se doit et a mobilisé des moyens nécessaires simples pour garantir sa réussite, a indiqué la présidente de l’association activant au niveau de la maison de jeunes de hai "Fellaoucene" (ex El Barki) à Oran.

Le suivi permanent de ce projet a permis la transformation de la larve en papillon pondant entre 400 et 500 oeufs, selon la même source qui a noté que les larves se nourrissent des feuilles de mûriers qui donnent les plus belles lignes de soie d’une longueur de 1,5 kilomètre et qui sont très solides, a souligné Allou Baba Rahou.

L’initiatrice de cette expérience envisage d’exposer des vitrines du ver à soie pour faire connaître son projet, en plus organiser un atelier pédagogique pour enfants pour les initier aux étapes d’élevage du ver à soie à la maison de jeunes Fellaoucene.

Mme Allou Baba Rahou a développé plusieurs expériences agricoles à Oran dont la culture du safran, l’introduction d’une plante "Moringa" aux vertus thérapeutiques en plantant environ 500 arbres, ainsi que la culture et le développement du champignon et de l’élevage de cailles avec un groupe d’enfants.

 

 

Source

aps

Port d'Arzew : finalisation de l'étude pour la construction d'un quai pour les chalutiers

ORAN - L’étude relative à la construction d’un quai, destiné à l’accostage des chalutiers au niveau du port de pêche d’Arzew (est d’Oran), vient d'être finalisée et le lancement des travaux se fera après autorisation du ministère de la tutelle, a-t-on appris du directeur de cet établissement portuaire.

 

 

 

 

 

 

La construction de ce quai, nécessitant une enveloppe de 200 millions DA, "permettra de créer 11 postes à quai, ce qui désengorgera ce port de pêche, qui souffre d’une insuffisance de ses capacités d’accueil", a précisé M. Abdeslam Benmelouka.

"Actuellement, une dizaine de chalutiers n’ont pas de postes à quai", a-t-il noté, ajoutant que "la flotte existante au niveau du port d’Arzew est estimé à quelque 135 embarcations, dont 10 chalutiers, un thonier, 54 sardiniers, et une soixantaine de petits métiers".

Ce projet s'inscrit dans le cadre du programme d’investissements d’urgence, au titre de la convention Etat-entreprise, paraphée en 2013 et validée en 2014, a précisé le responsable.

Pour l'heure, le volet équipements a été finalisée, avec l’acquisition de 3 citernes de 3.000 litres chacune pour la récupération des huiles usagées et 3 autres pour l’approvisionnement en eau potable, de deux embarcations et d'un tracteur.

Le volet construction comporte plusieurs sous-projets : un quai pour les chalutiers et un abri pour le ramendage des filets de pêche notamment. Les études ont été finalisées et attendent leur inscription, a assuré M. Benmelouka.

Le lancement de ces projets, qui permettront d’offrir de meilleures conditions aux professionnels de la pêche, est prévu pour le début de l’année 2018 "au maximum", a-t-il assuré.

"Le programme d’investissement d’urgence nécessite une enveloppe de quelque 400 millions DA de dinars", a-t-il souligné, précisant que des travaux sont prévus au niveau de l’abri-pêche de Kristel, notamment des quais et des cases pêcheurs et un bâtiment d’administration.

 

 

Source

aps

Les services concernés par l'octroi des autorisations pointés du doigt: Les habitants de Akid Lotfi dénoncent la prolifération des cafés à chicha

A hay Akid Lotfi, les cafés et cafétérias à Chicha ont pignon sur rue et leurs adeptes sont de plus en plus nombreux. Pourtant, les habitants et leur comité de quartier « El Mousalaha » ne cessent de dénoncer cette prolifération incontrôlée. Des responsables du comité qui se sont déplacés hier au siège de notre rédaction affirment que les lieux de consommation du narguilé à hay Akid Lotfi poussent comme des champignons au vu et au su de tout un chacun, et n'hésitent pas à pointer du doigt les services concernés par l'octroi des autorisations d'exploitation de ces lieux pour un tel commerce. « On a recensé plus d'une dizaine de cafétéria proposant le narguilé à travers les différentes cités de hay Akid Lotfi et nous ignorons totalement si les autorisations ont été accordées après des enquêtes commodo-incommodo. Le problème c'est que ces consommateurs accros à la chicha ne nuisent pas uniquement à leur santé, mais aussi à celle des autres, car ces cafés sont situés au-dessous de nos immeubles et les extracteurs de fumée donnent directement sur nos balcons », assure le président de l'association M. Yahiaoui. Ce dernier a tenu à signaler qu'au-delà des préoccupations liées à la santé des jeunes, il s'agit aussi pour les responsables au plus haut niveau de mettre fin à une pratique jugée étrangère à la société algérienne. « La semaine dernière, nous avons été contraints d'organiser un sit-in près de l'un de ces cafés pour inciter les responsables concernés à se pencher sérieusement sur ce phénomène. Des habitants de la cité El Wafa ont même déposé plainte auprès du procureur de la République près la cour d'Oran pour s'opposer à l'ouverture d'un café au-dessous d'un immeuble pour les désagréments qu'il risque de causer aux locataires », assure le même responsable. Pour parer au phénomene, il y a lieu de signaler qu'une autre campagne de sensibilisation et de prévention contre l'utilisation du narguilé (chicha) dans les endroits publics a été lancée par la direction de la santé. Cette campagne qui entre dans la cadre de l'application du Décret exécutif N° 01-285 du 24 septembre 2001 fixant les lieux publics où l'usage du tabac est interdit, est organisé en collaboration avec la direction du commerce et la sûreté de wilaya. L'action va cibler les cafés, les salons de thé, les restaurants, les hôtels et les clubs chicha, repartis sur la wilaya et en particulier la ville d'Oran. Les gérants de ces sites seront sensibilisés sur le danger de la consommation de la chicha préparée à base de produits douteux dans la plupart des cas, selon la direction de la santé. Ils seront aussi informés sur le décret exécutif N° 01-285 du 24 septembre 2001 fixant les lieux publics où l'usage du tabac est interdit. Ces endroits sont sommés ainsi à ne plus commercialiser la chicha. Dans le cas contraire, ils seront frappés par un arrêté de fermeture. Le phénomène de la consommation de la «chicha» dans les cafés et les lieux publics semble prendre de l'ampleur surtout parmi les jeunes. Le nombre de cafés qui servent des narguilés progresse de mois en mois. Selon des enquêtes réalisées par les services de la santé, pas moins de 19 % de jeunes âgés entre 16 et 25 ans sont accros à la chicha à Oran. Aussi de plus en plus de jeunes femmes et de jeunes hommes fument la chicha. Fumer le narguilé provoque une augmentation du risque de cancers, de bronchites chroniques, ou de problèmes cardiovasculaires. Plus préoccupant, la consommation du narguilé expose à des risques de transmission microbienne, comme la tuberculose, car les fumeurs utilisent le même embout. La fumée d'une heure de chicha équivaut la fumée de 100 à 200 cigarettes.

Par J. B.

 

Source

quotidien

ANEM: signature prochaine à Oran d’une convention avec l’usine Renault pour le placement de demandeurs d’emploi

ORAN- Le directeur de wilaya de l’Agence nationale de  l’emploi (ANEM) d’Oran a annoncé la signature prochaine d’une convention  avec l’usine automobile "Renault" pour le placement en 2018 d’un "grand  nombre" de demandeurs d’emploi dans les domaines de la peinture et de la  tôlerie.

 

 

 

 

 

"Cette convention permettra à des centaines, voire des milliers de jeunes,  d’obtenir des emplois dans l’usine Renault dans ces deux spécialités  inexistantes actuellement dans l’usine", a souligné Daoud Kahloul.

Les deux spécialités de tôlerie et de peinture automobile seront intégrées  à l’usine automobile de Oued Tlélat, dans une deuxième phase  d’investissement.

Cette convention sera tripartite en vertu de laquelle la direction de la  formation et de l'enseignement professionnels se chargera de la formation  des demandeurs d’emploi dans ces deux domaines. Une fois la formation  achevée, le jeune pourra accéder directement au lieu de travail.

 

 

Source

aps

 

21 nouvelles ligne de transport urbain et sburbain opérationnelles

Bonne nouvelle pour les habitants de la zone Ouest d’Oran et en particulier, ceux des quartiers de Maraval et de Yaghmoracen. La ligne 6, qui reliait jadis le centre-ville à Maraval en passant par l’avenue lieutenant Smaïl Mohamed (Choupot), a été remise en exploitation a-t-on appris de sources bien informées. De nouveaux bus de l’ETUSO ont été affectés à cette ancienne ligne, pour relier le centre-ville au quartier Maraval, (souk Larbaa, cité Douanière, cité Radieuse, El Othmania…) qui n’étaient desservis par presque aucune ligne de transport urbain. La Direction des Transports a déjà réactivé récemment la ligne 16 dans cette zone de la ville pour rallier la cité Radieuse au centre-ville soulignet- on. La réactivation de la ligne 6 sera à coup sûr, accueillie avec un grand soulagement par les habitants de cette zone de la ville qui ont souffert ces dernières années, d’un déficit en transport par bus, après la suspension de plusieurs anciennes lignes (8, 6, 16…). Les mêmes sources annoncent par ailleurs, que depuis l’injection d’une centaine de nouveaux bus dans le secteur des transports par l’ETUSO, 21 lignes de transport urbain et suburbain au total, ont été mises en exploitation, pour notamment desservir les nouvelles cités et les périphéries de la ville.

Par H. Maalem

 

 

Source

westribune

Formations aux métiers Formations aux métiers de l'Audiovisuel du projet «Ibda3Com»

Les inscriptions en ligne pour la première session de formation dans les métiers de l'audiovisuel, initiée par l'Association ‘Santé Sidi El Houari' dans le cadre du projet baptisé ‘Ibda3Com' ont été ouvertes, hier, a-t-on appris auprès des promoteurs du projet.

Ces inscriptions en ligne auxquelles les candidats peuvent accéder sur la page ‘Ibda3Com Project' sur Facebook se poursuivront jusqu'au 10 juin en cours, à minuit. Aussi, c'est au Centre de formation, d'apprentissage et d'insertion professionnelle aux métiers de l'Audiovisuel et des TIC que se déroulement les quelques 8 formations proposées, à savoir : «la prise de vues (photo-vidéo)», «l'Eclairage», «la Prise de son», «le Montage», «Communication et médias sociaux», «Design et création de site web», «Techniques d'animation» et «Organisation événementielle». Pour postuler à cette formation gratuite, les candidats qui doivent être âgés entre 16 ans et 35 ans doivent juste remplir un formulaire et le soumettre en ligne aux organisateurs. A noter que le projet ‘Ibda3Com' est un projet lancé en partenariat avec l'Initiative pour le partenariat USA Moyen-Orient (MEPI).

Le but du projet est de promouvoir et responsabiliser les jeunes sur l'engagement civique, par le biais de l'expression artistique, l'audiovisuel, les technologies de l'information et de la communication et les activités socioculturelles. Il s'adresse, prioritairement, aux jeunes passionnés par les métiers de l'Audiovisuel et de la Communication. Le projet qui va se dérouler à l'Association ‘Santé Sidi El Houari' (Oran) ainsi que dans d'autres wilayas du pays, vise aussi à renforcer les capacités des acteurs associatifs et de plusieurs partenaires, dans les métiers de l'Audiovisuel. Suite à ces formations les participants s'engagent à organiser divers événements culturels (workshops, conférences, festival), affirment, par ailleurs, les promoteurs du projet.

 

Par Houari Barti

 

 

Source

quotidien

réhabilitation après l'été: Des aménagements au Théâtre de Verdure oran

En perspective des grandes manifestations culturelles prévues, tout au long de la saison estivale, par la Régie des arts et de la culture de la commune d'Oran, des travaux d'aménagement ont été entrepris, au ‘Théâtre de Verdure ‘Chakroune Hasni', apprend-on auprès de sources de la direction de la Régie. Il s'agit de travaux légers pour accueillir le public et les artistes dans de meilleures conditions, en attendant les grands travaux de réhabilitation et d'aménagement, prévus après l'été. A ce titre nos sources indiquent que d'importants travaux d'aménagement et de réhabilitation du site seront lancés après l'été ou au plus tard, en début d'année prochaine. Les mêmes interlocuteurs assurent qu'une fiche technique est actuellement en cours d'élaboration et sera présentée à l'Assemblée. Il s'agit de travaux de confortement de la scène, d'aménagement des allées et des loges des artistes, ainsi que le remplacement des sièges détériorés. Les mêmes sources signalent que ces travaux ont été décidés suite à l'annulation du projet d'extension, initialement retenu par l'APC. La décision d'annuler les travaux d'extension est dictée par des contraintes techniques rencontrées lors des études. Il s'agissait de doter le Théâtre de Verdure de 1.900 sièges supplémentaires pour renforcer sa capacité actuelle qui est de 3.750 sièges. Le projet a été, finalement, abandonné après que les ingénieurs aient découvert que le terrain qui devait accueillir la future extension était fragilisé par la détérioration des ovoïdes et la remontée des eaux souterraines de Oued ‘Rouina'. En réalité, toute cette zone du centre-ville est menacée par la montée des eaux souterraines. Il y a 3 années, un avis d'appel d'offres avait été lancé, par la commune, pour le choix d'une entreprise chargée des travaux d'extension de ce théâtre. Une enveloppe de 07 milliards de centimes avait été débloquée pour concrétiser ce projet qui, outre l'extension, prévoyait la réalisation de tribunes ainsi que d'autres aménagements.

Cet espace, le seul du genre à Oran, a déjà bénéficié d'autres opérations de réhabilitation, en 2012, comme la réalisation de nouvelles loges pour les artistes, un espace VIP , un salon d'honneur et une cafétéria pour plus d'1,5 milliard de centimes. Le ‘Théâtre de Verdure' qui s'étale sur plus de 3 ha aura la charge d'abriter, toutes les activités culturelles qui drainent des milliers de spectateurs, tels que les concerts, les festivals ou même des opéras et ballets, en plein air. En dépit de ses 3.750 sièges, la capacité d'accueil du théâtre demeure insuffisante, notamment lors des grands concerts organisés par la commune d'Oran.

 

Par D.B.

 

 

Source

quotidien

zlabia de ramamdan a oran

La zlabia le gâteau sucré milliaire, réapparaît chaque mois de Ramadhan. On dit que c’est une création turque ou tunisienne, mais c’est ancré en Algérie où la ville la plus réputée de la Zlabia est Boufarik qui a créé un modèle de ce gâteau à Oran dans les années 50 et 60. Tous les Oranais aimaient la Zlabia de Boulahia, le personnage qui portait une grande barbe blanche toujours devant sa «makla» (grande poêle), était photogénique connu un père noël et il avait acquis une grande réputation et de grandes chaînes de clients entouraient son local. Et c’est pour cette raison que l’OAS avait visé cet attroupement pour déposer une bombe au milieu de la foule qui a fait beaucoup de morts un après-midi du mois de Ramadhan. Mais actuellement, Cheikh Boulahia a vécu et redonné une autre renommée à ce gâteau, mais après sa disparition, des enfants aussi doués que leur père, ont créé une crémerie, ou glaces qu’ils fabriquent; ont eu une bonne renommée. Ainsi la Zlabia réapparaît chaque Ramadhan malgré la concurrence sur le marché de nouveaux gâteaux traditionnels –syrien, irakien et en particulier la «chamia ou kalb El louz qui dominaient sur les maidettes les soirées de Ramadhan.

Par Adda.B

 

Source

westribune

reception heliport ehu oran

L’héliport de l’Etablissement hospitalo-universitaire 1er novembre d’Oran sera réceptionné juillet prochain et le taux d’avancement des travaux de ce projet avoisine les 98%, a-t-on appris dimanche du Directeur général de cette structure sanitaire. Les travaux d’aménagement de ce site, s’étendant sur un hectare et destiné aux évacuations d’urgence assurées par les services de la Protection civile notamment, ont accusé un retard d’une année, a indiqué à l’APS le Dr Mohamed Mansouri, ajoutant que les appareils seront en mesure d’atterrir sur cette hélisurface à partir de juillet. Parallèlement, un groupe aérien basé à Alger a été mis en place par les services de la Protection civile, après l’acquisition de six hélicoptères, a-t-on appris du chargé de la communication de la Direction générale de ce corps d’intervention, le capitaine Nassim Bernaoui. Il a précisé que ce groupe sera en mesure intervenir dans les différentes régions du pays, dont Oran qui sera dotée d’un héliport au niveau de son EHU. Ce groupe aérien sera appelé à intervenir lors de la survenance de sinistres majeurs, comme les tremblements de terre, les inondations et les feux de forêts, mais également dans le cas d’évacuation exigeant de la rapidité, dans les interventions sur les accidents de la route et ceux survenant dans des milieux difficiles d’accès (montagnes, forêts, etc.). Le même responsable a expliqué que l’une des principales causes du retard dans la mise en service des six hélicoptères acquis en 2011 est l’absence d’infrastructures nécessaires en l’occurrence les héliports. Leur réalisation exige du temps, a-t-il expliqué. « L’utilisation de ces appareils exige aussi la formation des pilotes et des personnels techniques au sol comme les techniciens et mécaniciens, qui a pris beaucoup de temps. Ces personnels ont reçu une formation de qualité », a noté le capitaine Bernaoui. Concernant la date de la mise en service du groupe aérien, il s’est abstenu d’avancer une quelconque échéance, estimant que les choses « avancent bien ». L’acquisition du savoir-faire nécessaire pour permettre au groupe aérien d’assurer pleinement ses missions permettra d’envisager de doter, au fur et à mesure, les différentes régions du pays de leurs propres hélicoptères, a ajouté ce même officier.

 

 

Source

oran news 24