Journée mondiale contre le cancer

«Le cancer constitue encore aujourd’hui, la première cause de mortalité dans le monde, bien avant les guerres et autres catastrophes naturelles. Il fait beaucoup moins parler de lui, mais il tue. Pourtant, il se soigne, et l’intérêt de cette journée, est aussi de faire prendre conscience, de l’utilité d’un dépistage précoce, permettant d’arriver à une guérison».

Même si le nombre de cas de décès dus au cancer a baissé, selon des études au niveau monial, le nombre de nouveaux cas, quant à lui, est à la hausse, avec plus de 43 000 nouveaux cas, enregistrés chaque année à savoir, un nombre de malades qui est de l’ordre de 480 000 chaque année.
Parmi les nouveaux cas, 26 000 nouveaux cas chez les femmes et 17 000 chez les hommes. En effet, on constate que les femmes sont les plus touchées avec 12 000 nouveaux cas du cancer du sein, enregistrés par an. Une pathologie galopante, dont la seule alternative reste le dépistage, ainsi que la prise en charge précoce.

Quant à l’homme, c’est surtout le cancer de l’appareil respiratoire qui revient en tête, du essentiellement au tabac, tel que l’expliquent les spécialistes dans ce domaine. Le tabagisme est un cancérigène avéré pour l’homme. Un fumeur a 10 à 15 fois plus de risque, de développer un cancer du poumon, qu’un non fumeur. Toutefois, cela ne met pas à l’abri le non fumeur, qui reste exposé au tabac. Les chercheurs estiment, que si cette tendance perdure, le nombre de non-fumeurs affectés par le cancer, pourrait largement dépasser le taux, de ceux qui avaient l’habitude de fumer dans les dix années à venir. Notons, que plus de 12 000 malades meurent chaque année, 70% des traitements effectués aux patients, ne sont entamés qu’au stade avancé de la maladie. Près de 8 millions de personnes mourront du cancer cette année dans le monde et le nombre de décès devrait augmenter à 13,2 millions par an d’ici 2030.

Avec près d’un décès sur six, c’est la deuxième cause de décès. C’est pour cette raison, que des moyens importants sont mis en œuvre, dans le but de faire reculer cette maladie, partout dans le monde. Rappelons, que l’objectif essentiel du plan du cancer 2015/2019 est la réduction du taux de mortalité et morbidité. Insistons sur le diagnostic précoce. Car, plutôt la maladie est diagnostiquée, mieux le malade est pris en charge, donc, répondra mieux aux traitements.

 

Par F.Abdelkrim

 

Source

westribune

Info Oran