nouveau marche voiture occasion oran

Dans le but de mettre fin aux marchés informels des voitures qui causent de sérieux problèmes de stationnement au niveau de ces quartiers et de renflouer les caisses de la commune, un marché de vente de véhicules d'occasion est en cours d'aménagement sur l'assiette des anciens abattoirs à El Hamri.

 

Le marché sera livré avant la fin de l'année en cours et va s'étaler sur une superficie de plus de six hectares. Il sera équipé de toutes les commodités et sera ouvert dans quelques jours. Des bureaux seront ouverts pour faciliter sur place les démarches administratives de vente et d'achat. Les droits d'entrée et de stationnement sont fixés à 300 dinars pour les véhicules légers. Malgré l'ouverture du marché de voitures d'occasion à El Kerma, les marchés informels du quartier «Les Castors » d'El Makkari et celui de Bastié au secteur urbain Ibn Sina sont toujours florissant.

Après l'ouverture de ce nouveau marché, l'APC entreprendra les démarches nécessaires pour mettre en application une circulaire interdisant la vente de véhicules dans les espaces informels sur le territoire de la commune. Rappelons que le marché informel des voitures des Castors est à l'origine de nombreux désagréments pour les riverains. Les ruelles de ce quartier sont à longueur de journée squattées par les vendeurs et les courtiers de voitures d'occasion.

A mi-chemin entre Haï Chouhada «ex-Les Castors) et l'hippodrome, l'avenue Abou Darham a perdu son caractère résidentiel pour se transformer aujourd'hui en un véritable point noir.

Il s'agit là d'un marché illégal mais aussi un système bien rôdé qui ne favorise ni la quiétude des riverains, ni l'économie de la commune qu'il prive d'importantes entrées fiscales. Des véhicules de toutes marques, de toutes puissances, de tous types, à tous les prix, pour tous les goûts, affluent quotidiennement vers ce marché éminemment informel de l'automobile. Dans le quartier de Bastié, un autre fief des vendeurs de tacots, la situation n'est pas meilleure. La situation est encore plus compliquée entre 17 heures et 18 heures, soit aux heures de pointes et de sortie de bureau ou des lieux de travail. Des bouchons de plusieurs dizaines de mètres se forment allant jusqu'à perturber la circulation automobile.

 

Par J. Boukraa

 

Source

quotidien

Info Oran