Hommage à Sirat Boumediène

Un bel hommage a été rendu, hier, au monstre sacré du 4e art, Sirat Boumediène, dit «Didène», au théâtre régional d’Oran.

Dans cette optique, il a été procédé à la bâptisation de la salle de répétitions et de danse attenante au théâtre, au nom de ce grand homme du 4e art, disparu en 1995. Mourad Senouci, le nouveau directeur du TRO a expliqué vouloir rendre un hommage à Sirat Boumediène en toute simplicité, mais néanmoins de façon professionnelle.

«Par ce genre d’initiative, nous dit-il, notre objectif est d’installer des rapports sains entre les différentes générations du TRO». Par ailleurs, les spectateurs qui ont afflué au théâtre, ont pu visionner la projection d’un très beau documentaire, réalisé par le metteur en scène Mouffok, regorgeant de vidéos d’archives par lesquelles il a rendu un hommage vibrant, non seulement à Sirat Boumediène, mais aussi à Abderrahmane Kaki, Mustapha Kateb ainsi qu’aux deux martyrs, Abdelkader Alloula et Azzedine Medjoubi, «ces soldats de la culture morts pour que vive l’Algérie démocratique».

Après la projection, le maire d’Oran, Nourredine Boukhathem, qui a été, à titre d’information, directeur du TRO durant les années 60, a annoncé qu’une fois sa réhabilitation achevée (très bientôt à ses dires), la salle de cinéma Marhaba portera aussi le nom de Sirat Boumediène. Enfin, pour clôturer l’hommage comme il se doit, trois comédiens du TRO, en l’occurrence Hachemaoui Fadéla, Hachemaoui Brahim et Abdelkader Belkaïd, sont montés sur les planches pour faire une lecture dramatique de Jelloul El Faïmi, un tableau de la pièce Lajouad écrite en 1985. C’est en effet avec cette pièce que Sirat Boumediène a obtenu le fameux grand prix du Festival de Carthage.

 

Par Akram El Kebir

 

 

Source

elwatan

Info Oran