semaine allaitement oran

Les pédiatres se préoccupent du recul de l’allaitement maternel, moins de 7% des enfants sont nourris au sein. Le déclin du taux d’allaitement maternel exclusif jusqu’à l’âge de six mois, a reculé en l’espace de quelques années de 13 à 6,9% en Algérie, préoccupe les médecins à l’établissement hospitalier spécialisé en pédiatrie Boukhroufa Abdelkader.

L’allaitement maternel reste aussi un moyen efficace pour prévenir le cancer du sein qui fait des ravages parmi la gente féminine. Chaque année, c’est entre 500 et 600 nouveaux cas de cancer du sein qui sont enregistrés au service d’oncologie médicale du centre hospitalo-universitaire d’Oran (CHUO).
La majorité de ces nouveaux cas concerne des mères de famille dans la tranche d’âge des 35-55 ans. Le cancer du sein est le plus fréquent chez les femmes à Oran avec un taux de 43% avant le cancer de l’utérus (14%). Les dernières statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l’allaitement maternel, à travers le monde, démontrent que l’Algérie reste le dernier de la classe. Dans les pays scandinaves, 9 mamans sur 10 donnent le sein à leurs bébés contre 68% en France. D’un autre côté, selon une étude établie par l»association des pédiatres privés d’Alger, a effectué, à son tour une enquête sur le même objet, qui a porté le taux à 29%.
Même avec une remontée, l’allaitement maternel demeure faible en Algérie, comparativement avec la moyenne mondiale qui avoisine les 40%. Dans le détail, il ressort que 60% des Algériennes allaitent jusqu’à un mois, 47% jusqu’à trois mois, 10% jusqu’à 9 mois et moins de 5% pendant toute une année.
“Le déclin de l’allaitement maternel est réel en Algérie. Il induit un préjudice pour la santé des enfants et des mamans. Selon l”OMS et l’UNICEF, l’allaitement maternel est le meilleur moyen d’apporter aux nouveau-nés les nutriments dont ils ont besoin. L’OMS recommande l’allaitement exclusif au sein du nourrisson jusqu’à l’âge de six mois et de poursuivre ensuite jusqu’à l’âge de deux ans au moins, en l’associant à une alimentation complémentaire adaptée. «Nous savons que l’allaitement aide les enfants à survivre et prospérer, en permettant aux nourrissons de résister aux infections, en fournissant des nutriments essentiels pour le développement précoce de leurs cerveaux et de leurs corps et en renforçant le lien entre les mères et leurs bébés». Malgré tout cela, seulement 38% des nourrissons dans le monde aujourd’hui, sont allaités exclusivement au sein, même lors des six premiers mois.

 

 

Source

westribune

Info Oran